:: Administration :: État civil - Présentations :: Les validés :: Les détenus neutres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cordell Rice

avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 28/08/2017
Age : 38

Dossiers privés
Âge du personnage: 38 ans
Taille: 1m85
A savoir:
Lun 28 Aoû 2017 - 22:32

image

CORDELL RICE

DÉTENU NEUTRE



Âge: 38 ans
Nationalité: Américaine
État-civil: Veuf
Rumeur(s) à votre sujet: On aurait surpris Cordell Rice à ruminer tout seul, dans son coin, comme s'il parlait à un fantôme. Serait-il hanté ? Ou bien aurait-il sa place chez les Aliénés ?

Motif d’incarcération: Kidnapping, séquestration, torture et meurtre.
Durée de la peine: 80 ans
Incarcéré depuis: Aujourd’hui

Caractéristiques physiques


Taille: 1m85
Poids: 79.5 kg
Corpulence: Musclée
Cheveux: Noir
Yeux: Gris-bleuté, tout dépends de la lumière.
Modifications corporelles: Juste le tatouage d’une grande faucheuse, sur l’ensemble du bras gauche en partant de l’épaule, jusqu’à la pointe de ses doigts.

Cordell est un homme tout ce qu’il y a de plus banal physiquement.
Son allure générale est celle de n’importe qui. Il ne sort pas forcément du lot mais il dégage quelque chose qui parfois détourne les regards. Il n’en a pas conscience et même si c’était le cas, il n’est pas vraiment du genre à s’y attarder. Sa taille est dans la norme américaine mais son poids lui, est légèrement au dessus car il s’occupe de son corps avec beaucoup de soin. Cordell est un amateur de sport, si bien qu’il en pratique très régulièrement et maintiens ainsi une musculature particulièrement travaillée.
Son visage est anguleux mais non moins harmonieux, lorsqu’il ne fronce pas les sourcils. Ce qui est assez rare. Ils sont tout aussi foncés que sa chevelure et sous eux, se trouve deux perles d’un gris intense qui parfois prends des teintes bleutés en fonction de l’éclairage. On croit alors qu’il est facile de lire en lui mais c’est se tromper, car Cordell est un homme changeant. Ses cheveux partiellement rasé sont d’un noir profond et souple, qu’il rabat à l’arrière de son crâne. Un entretient sommaire au quotidien qui lui convient parfaitement. Son nez droit conduit à une bouche encadrée par une barbe de quelques jours, qui termine sur son menton en un bouc taillé avec soin. Sa mâchoire, bien qu’anguleuse, à le tracée masculin et sous ces pommettes saillantes, ces joues sont un peu creuses.

Comme il s’entretient par une bonne dose de sport, tel que la course, la boxe et le karaté depuis pas mal d’années, puisqu’il en a fait son métier avant d’arriver en prison, c’est une véritable drogue pour lui. Son buste reflète les nombreuses heures de pratiques. Ses épaules sont carrées et musclées tout comme le reste de ses abdominaux et des lignes en V sous la limite des sous-vêtements masculin. Il en va de même pour son dos et ses jambes, néanmoins, Cordell prends grand soin de ne pas devenir une version bodybuildé qu’il déteste tant. Taillé avec soin, entretenu avec soin mais surtout, sans excès.
Il n’a qu’un tatouage sur le corps et celui-ci lui convient amplement. Autant dire qu’il a pas réellement apprécié se faire charcuter pour retenter l’expérience d’un second ou d’un piercing. Il a certes, une oreille percée mais cela fait bien longtemps qu’il n’y a rien accroché. Depuis le temps, il est certain que ce trou est rebouché.

Souvent vêtu de jean, de jogging et de chemise ou simplement d’un t-shirt au large col en V, il a abandonné l’idée de l’esthétique vestimentaire depuis qu’il est conscient de finir ces jours en prison. Un simple débardeur blanc ou noir sous la combinaison orange officiel sera sa tenue de tout les jours. Ni parfum, ni montre, juste un souvenir du passé : Une chaîne en argent où se mêle deux bagues, elles aussi en argent, trône à son cou.


Dossier psychologique


Défauts et qualités: Réservé – Secret – Inquiet – Insaisissable – Curieux – Rationaliste – Intuitif – Impulsif – Cordial
Tocs et manies: Il y a quelques années, Cordell souffrait d’altération dans le rythme de la pensée. Il consultait pour une Tachypsychie. C’est une accélération des processus de la pensée, qui se caractérise par une fuite des idées, un enchaînement de celles-ci rapide et parfois illogique. Elle s'accompagne parfois de passage du Coq-à-l'âne et de jeux de mots dans le discours. « C'est la pensée typique du sujet maniaque. », lui avait dit son psychologue, qu’il a rapidement envoyé chié. Alors le temps et surtout récemment, sa tachypsychie à évoluée vers le mentisme.  C’est un état de rumination intellectuelle accompagnée d'un défilé rapide des idées. Cordell ne veut pas forcément penser, mais ne peut s'en empêcher. Cette altération se rencontre notamment en état normal, au moment de l'endormissement, ou lors de stress et de surmenage.
Peurs/phobies: L’abandon.

Esprit curieux, autonome, créatif et intuitif, Cordell dispose de grandes facultés d'adaptation. Sa nature sociable, bien que difficile à comprendre parfois, et son tempérament audacieux l'amènent à évoluer hors des sentiers battus. Son comportement peut se montrer imprudent, instable et impulsif.
Réservé et secret, Cordell est un personnage qui ne suit pas toujours les voies traditionnelles. Pas celle que l’on attends forcément du voisin qui sort ces poubelles telle une pendule parfaitement réglée. Original, ou parfois marginal, il donne l'impression d'être insensible et distant, alors qu'en réalité il est timide et inquiet. Lorsqu'il se sent à l'aise, il se révèle amical et ouvert. Éclectique, il a, tel l'iceberg, toute une partie cachée. Ainsi est-il parfois rieur, léger, badin, séducteur, passionné de football américain ou de boxe et de karaté, apparemment facile et sans complications. Puis, quelques instants plus tard, il devient un personnage grave, raisonneur, réfléchi, beaucoup plus profond et sérieux que nous n'aurions pu l'envisager. Chez lui, il y a les jours où, extraverti, ludique, il se montre pressé ou empressé, enthousiaste, tenté par les plaisirs et les amusements, et ceux où, introverti, asocial, il recherche la solitude, pour faire le point, méditer ou réfléchir.
Cordell est un être sensible mais tend à dissimuler sa vulnérabilité derrière un sourire plus ou moins ironique. Les remarques mi-amères, mi-caustiques lui sont plus faciles que les mots tendres. L'humour est souvent son exutoire. Voilà pourquoi il demeure insaisissable aux yeux de son entourage, d'autant que, souvent intéressé par ce qui sort de l'ordinaire, par les énigmes, il cultive lui-même le mystère. Il est curieux et préfère écouter les autres qu'il juge plus intéressants que lui. Cordell est en fait un rationaliste, d'esprit scientifique. Néanmoins, il a une grande intuition et, s'il se donne la peine de l'écouter, il aura d'heureuses surprises. Enfant, Cordell peut être double. D'un côté, il est curieux de tout, mobile, vif et peut même se révéler quelque peu instable ou versatile. L'autre facette, souvent plus importante, va dans le sens de la réflexion, de l'intériorisation, de l'isolement. Il a donc fallut lui permettre de vivre ces deux polarités en favorisant les jeux de réflexion et le sport, dès son jeune âge. Il faut aussi l'écouter et l'encourager à communiquer, sans quoi, il pourrait se replier dans sa tour d'ivoire.

Même s'il n'en donne pas toujours l'impression, Cordell est un tendre et un affectif qui recherche la société, la vie à deux. Il saura très bien être autant, le leader du couple, ayant ainsi tendance à prendre en charge les autres, pour qui il se montrera amical et sur lesquels il exercera un certain ascendant. Cependant laissez sa moitié prendre le relais ne le dérange en rien. Il recherchera alors, aide, compréhension, soutien et sera plus dépendant des êtres qu'il aime. Côté cœur, Cordell se montrera conciliant, charmant et bon psychologue, même s'il n'est pas toujours démonstratif.


Santé


Etat de santé générale: Autres ces troubles de la pensée, Cordell est en excellente santé.
Allergies ou addictions: Aucune jusqu’à présent.
Soins réguliers (traitements): Cela fait un moment qu'il est plus suivit par un psychologue mais il serait peut-être bien, de lui conseiller de reprendre quelques séance.

Histoire




« Pour la première fois, j’avais goûté à la vengeance. C’était comme un vin aromatisé, en l’avalant, il était chaud, sentait le terroir, mais laissait un arrière-goût métallique, corrosif, donnant la sensation d’un empoissonnement. »
Charlotte Brontë.


Dans le camion blindé qui me conduit vers le pénitencier de la California State Prison, je reste fidèle à moi-même. Aucun mot ne m’échappe tandis que le molosse qui me fait face tente de me pousser à la conversation. Il se fait reprendre par un des gardiens de la prison chargé de s’occuper du transfert, avec la participation des forces de l’ordre. Mon regard se pose un instant sur lui et je le fixe sans rien dire. Lui semble me jauger, m’étudier et raille un instant, en prétendant que je joue les durs. Imperturbable, je ne souffle aucun son et détourne mon regard de l’épave provocatrice qui cherche déjà les ennuis. Il n’a… aucun intérêt.
La route est encore longue et chaotique. Les débris sur la terre battue du sentier malmènent l’ensemble des passagers et tandis que le silence à reprit dans l’habitacle, je ferme un instant les yeux. Les flashs reviennent rapidement, les cris… Non, ce sont des hurlements et les deux voix se mélangent, s’assemblent. Leurs respirations s’alourdie par la cadence soutenue de leurs souffles, jusqu’à ce que cette lumière dans leurs regards deviennent un étrange brouillard blanc. Le silence à reprit, plus lourd de sens que jamais.


Bousculé, le long des grillages par les geôliers de la prison, le troupeau dont je fais partie avance. A ma droite, j’entends les sifflements des détenus, reluquer l’arrivage. L’un d’eux, se touche déjà l’entrejambe comme une promesse significative, un autre jette le ballon de basket contre le grillage et réussi fièrement à faire sursauter l’homme derrière moi. A ma gauche, un black fume sa clope en silence, mais ne loupe rien de la scène. Il semble même s’en amuser, à sa droite se tient un gardien dont le regard d’un bleu profond, m’oblige à détourner les yeux. Je serre les dents et continue ma route,  secoué par de nouveaux souvenirs.
Il est là, si réel devant moi et pourtant je sais que ce n’est qu’une vulgaire représentation de la rage qui gronde en moi. Je suis autant en colère contre lui, qu’envers moi-même ou bien contre l’homme qui l’a tué. Je lui en veux tellement de m’avoir abandonné, de ne pas avoir été capable de le protéger comme j’aurai dût le faire, j’en veux à la terre entière ! Pourquoi lui ?! Pourquoi ?!! Je n’ai jamais eut de réponse à cette question, quand bien même un seul homme pouvait me l’a donner. Il est resté obstinément muet au début. Il jubilait de me voir dans cet état, pour lui… Je n’étais qu’un divertissement de plus, une autre façon de jouer. Ce qui n’a fait qu’accroître ma colère et ma soif de vengeance.


« Une vengeance trop prompte n’est plus une vengeance, c’est une riposte. »
Henry de Montherant.


Assit dans une  salle semblable à celle des commissariats de police, le gardien qui me fait face m’observe. Lui aussi me jauge, tente de me cerner, de comprendre qui je suis. Peine perdue. Bien que j’entends ces paroles, je n’écoute pas. Sa main repousse vers moi, quelques papiers, que je survole alors du regard. Le règlement de la prison, les horaires et toutes les restrictions à suivre. Pourquoi devoir suivre la loi, lorsque celle-ci n’aide pas son prochain. N’est-elle pas censée être là pour nous protéger ? Pour éviter de laisser en liberté un individu dangereux ? Foutaise !!
- « Oh Rice, tu m’écoutes ?! » siffle-t-il, en donnant une tape sur la table qui nous sépare. « Tu cherches déjà les problèmes ? »
- « J’attends simplement que vous finissiez. » Répliquais-je avec un sentiment partagé entre lassitude et désinvolture.
L’homme serre le poing et de nous deux, il perd patience le premier, parfait. Il donne le premier coup qui percute ma mâchoire brutalement et une giclée de sang tâche alors le sol de la pièce. La seconde suivante, l’homme est au sol et trois autres gardiens sont venu me maîtriser et m’enfiler la camisole. Le quatrième lui, se charge d’éloigné le gardien sonné au sol, dont la tempe éclatée, saigne avec abondance. Œil pour œil, dent pour dent.
C’est exactement, ce que j’ai fais, lorsque j’ai compris que le verdict du tribunal, laisserait impunis le meurtrier de mon  mari. Il l’a traqué, j’en ai fait tout autant durant deux longues années. Il l’a kidnappé et enfermé  dans une salle lugubre, j’ai transformé mon local en parfaite chambre des horreurs et l’y est verrouillé à double tour. Il l’a torturé et soigné pour mieux recommencé ces vices et jouir de ces hurlements avec délectation, j’ai défoulée ma rage, ma colère sur lui en usant de tout objet susceptible de lui rendre chaque respiration aussi douloureuse qu’une plaie ouverte et infectée. Il l’a tué et à laisser ces chiens se charger de la dépouille, j’en ai fait tout autant. Il m’avait envoyé en cadeau, l’alliance en argent de mon compagnon, extase suprême de sa folie, mais aussi sa seule erreur. Je lui ai donc offert ma propre visite en cadeau…


« Nul ne sait combien douce est la vengeance de celui qui a reçu l’injure. »
Etienne Pasquier


Balancé dans la zone d’isolement, je me retrouve moi aussi en cage. Au trou, comme ils aiment l’appeler ici. Je ne bronche pas et m’installe aussi confortablement que possible sur le sol, dos au mur mais résolument face à la porte qui vient de se refermer. Je pousse un soupire et sait pertinemment que l’on m’observe. Les caméras et les mircos sont présent. Il faudrait être fou pour ne pas s’en rendre compte ou avoir l’intelligence d’y songer. Je renverse la tête contre le mur et laisser mon regard courir où bon lui semble. Mes pensées s’enchaînent, incapable de les retenir, incapable de contrôler leurs fluctuations.
Cela faisait presque dix ans que l’on étaient ensemble et deux ans de mariage. Autant d’années de bonheur et de complicité. Je me souviendrai toujours de notre rencontre pourtant houleuse. Rien  n’avait prévu que l’ont finiraient ensemble. Chacun soutenais une équipe différente de rugby américain lors d’un match auquel ont assistaient tout les deux. On a finit par en venir aux poings et finalement, la soirée à terminée au tour d’un verre entre rire et grimace de douleur. Depuis ce jour, bien que chacun est gardé en estime son équipe fétiche, nous sommes devenu inséparable…
J’ouvre les yeux et la caméra de la salle d’isolement semble fait un zoom sur moi, alors aussitôt j’abaisse le regard et dissimule l’ombre qui teinte mes prunelles. Le front sur un genou,  le temps passe et l’amertume de ton départ n’atténue rien, ni la colère, ni la sensation cruelle de l’abandon, pas même la rancœur que je peux avoir pour toi ou ton assassin et pas d’avantage le goût âpre de la vengeance accomplie. Elle me ronge et me hante, me rappelant toujours ta mort et ce qui est arrivée ensuite… Je rumine sans cesse tout en  sachant parfaitement qu’aucun moyen n’est possible pour que tu reviennes. Serais-je seulement capable un jour de faire ton deuil et d’en  accepter tout les conséquences ?


« Le temps fait oublier les douleurs, éteint les vengeances, apaise la colère et étouffe la haine ; alors le passé est comme s'il n'eût jamais existé. »
Avicenne


Le verrou de la serrure retentis et dans un dernier avertissement, les gardiens me libèrent. Je lui libre et pourtant prisonnier de mes pensées, de mes souvenirs, car pardonner et taire  le gouffre qui me brise à petit feu, est comme oublier ce pourquoi je me suis battu...


Côté joueur


Pseudo : Luciolles
Âge : 28 ans prochainement
Comment as-tu trouvé le forum ? J'y étais à sa fondation, j'espère que mes ptits fondateurs vont bien ♥️ !
As-tu des remarques à  faire ? Le nouveau design est superbe !! Mais la partie administration est plus difficile à décrypter. J'ai mis dix plombs à trouver ou poster ma fiche et finalement je suis allée directement dans l'onglet de la PA pour y accéder. ^^" Je suis pas blonde promis >.<
As-tu un double compte: Non mais j'ai possédé trois compte sur ce forum ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 23/10/2015

Dossiers privés
Âge du personnage: 29 ans
Taille: 1.91 mètres
A savoir:
Mar 29 Aoû 2017 - 13:59
Bienvenue à toi !

Super content de voir que tu es de retour, hésite pas si t'as des questions !
Merci pour ta remarque on va essayer de rendre ça plus clair au prochain design alors !

Citation :
Motif d’incarcération: Kidnapping, séquestration et torture.
... J'avais lu "Séquestration de tortue" ..... je vais retourner me coucher moi.

_________________
Moi j'aime les blonds  ~
Soupire en #CC6633.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 28/08/2017
Age : 38

Dossiers privés
Âge du personnage: 38 ans
Taille: 1m85
A savoir:
Mer 6 Sep 2017 - 19:30
Pauvre tortue ! xD Tu m'as tué de rire Liam !

Voilà la fiche est finie, j'espère qu'elle plaira un peu quand même et merci de votre accueil ♥ !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 24/10/2015

Dossiers privés
Âge du personnage: 32 ans
Taille:
A savoir:
Dim 10 Sep 2017 - 10:13

Tu es validé !

Je n'ai rien de particulier à ajouter, si ce n'est : Bien re-venue chez nous !
Félicitations tu es à présent validé, tu peux librement poster tes rps. Pour ton information, n'oublie pas d'aller recenser ton avatar, tu peux aussi aller créer ta fiche de liens ou encore consulter la liste des codétenus ici si tu es un détenu neutre et là, si tu es un détenu aliéné.

Une rumeur te sera bientôt délivrée !
Amuse toi bien parmi nous !

_________________
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Cordell Rice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind The Cell  :: Administration :: État civil - Présentations :: Les validés :: Les détenus neutres-
Sauter vers: