:: Rémission :: Quartier des créations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Log vidéo - S. Lindgren et C. Vega

avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 30/10/2016

Dossiers privés
Âge du personnage: 37 ans
Taille: 1m76
A savoir:
Voir le profil de l'utilisateur




Catiel L. Vega
Maître chien
Mer 8 Fév 2017 - 21:40
Du coup un rapide contexte avant le pavé : cette série de bouts de vidéo a donc été écrite avec Syhan, pour faire suite au RP CB. Pour ceux qui ont pas suivi, Catiel et Syhan ont fait une escapade mouvementée à Florence, et ont fini par se mettre d'accord sur le fait que quand même, ils avaient un peu envie de se dire des trucs mignons.
Cat repart vingt jours avant le cuistot pour les Etats-Unis.
Et donc, ils s'envoient des vidéos.

Jour - 1

La vidéo qui bouge trop, puis qui finit par se concentrer et être droite, avec le dos de Corto et son croupion qui s'agite et derrière ce qui a l'air d'être le terminal de l'aéroport. La voix de Cat qui se marre.

"Corto. Allez, calme mon gars. Corto, assis, allez."

Le chien qui s'assoit face à la caméra

"Dis bonjour à Syhan ?"

Le chien qui aboie et la caméra qui remonte, y'a Keith et Logan qui font coucou de la main, Keith qui fait"bon courage" des lèvres et Cat qui se marre encore avant de pointer la vidéo vers lui.

"Profite de Florence, je t'attends. Take care, love !"


--

La tête de Syhan est pas trop mal cadrée. Il est dehors, surement assit, il y a des gens derrière lui. « Corto à l’air vraiment heureux de te voir ! Dis bonjour à tout le monde. Je bois un capuccino, j’ai trouvé un café qui en fait des bons. » Il montre la tasse. « C’est pas loin de la fontaine de Neptune. » Il coupe. Il en envoie une autre un peu après, celle-ci ouvre sur la statue de la fontaine. « Je suis sûr que tu rigoles ! » Il lui montre maintenant sa tête qui fait un sourire, et coupe encore. La troisième vidéo ouvre sur sa tête fatiguée. « Mmh… Bonne nuit Catiel. » Il lui fait encore un sourire. « Fais attention à toi aussi.»

Jour - 2

La caméra qui sautille encore, au rythme de son pas dans la rue. C’est Lancaster derrière, le chemin qu’il prend pour aller bosser. Il cadre trop haut au début, puis il rajuste. Son bouc est parfaitement taillé, ses cheveux à 2mm, et il a sa clope au bec. Il fait nuit.

“Il est 5h30 ici et j’ai pas dormi de la nuit. Mais sinon ça va ! Keith est reparti du coup. Je vais avoir la tête dans le sac toute la journée mais j’finis tôt je crois. Tu m’manques un peu.”

Il retourne la caméra, on voit la CSP devant et Corto qui trottine joyeusement.

“Je crois qu’elle te manque pas elle par contre.”

Re-plan sur Cat qui sourit tendrement.

“Allez, je vais bosser. Amuse-toi ? Et m'envoie pas de photos de statues louches en journée sinon je dois expliquer pourquoi je ris.”

Il se marre, la dernière partie n'est pas sérieuse, puis il coupe.


--

C’est un tableau, cadré entier, mais un peu de côté. « C’est la naissance de Venus, de Botticelli. » La caméra se rapproche pour explorer la toile, puis à nouveau une vu d’ensemble. Il n’y a pas le visage de Syhan. En fait, il est fatigué, et il a eut du mal à se lever…

--

“C'est 19h et je sais pas faire à manger”

Un plan sur du riz et des haricots, en bordel dans une assiette sur sa table basse. Il y a un coin de bouquin visible, impossible de savoir lequel.
La caméra se retourne sur un Cat visiblement juste sorti de la douche, probablement torse nu même si le cadre descend pas plus bas que les épaules.

“Mais je suis pas mort et j'ai pas été planté. J'aurais aimé voir ton visage mais le tableau était joli aussi… ‘fin bref. Je maintiens, tu m’manque. Dors bien Sy.”

La vidéo se coupe là.


--

Après s’être passer de l’eau sur le visage pour essayer de retirer la fatigue de ses traits, il lui envoies juste son visage, un court instant. « Bonne nuit Catiel. »

Jour - 3

Il filme la vue depuis le fenêtre à côté du lit, il fait nuit, il doit être 23 heures. Il ne montre toujours pas son visage. « Je pense beaucoup à toi tu sais… » Il ne dit rien un moment. « J’ai rêvé de toi, enfin pas vraiment. Je te cherchais partout, et quand j’avais le sentiment d’être sur le point de te trouver, je me faisais emporter dans un torrent d’eau. » Il tourne le téléphone vers le lit. « Il y a toujours un peu ton odeur, j’ai demandé à ne pas changer les draps. »

--

C'est juste une vidéo du lit de Cat prise depuis sa place, avec les draps en bordel à côté de lui et un coussin. Le même côté que celui où dort Syhan à Florence.

Elle est suivie par un SMS : “Je t'attends”


--

A priori, la vidéo montre les cuisines de la CSP. Les commis ont l'air de glandouiller au milieu des bouts de vaisselle à faire, on entend un ricanement de Catiel.

“Je crois que je vais aller leur faire peur un peu, c'est drôle. Je te laisse hun, promis je suis sage.”

La vidéo devient toute noire comme s'il avait mis son téléphone dans sa poche sans penser à arrêter la vidéo. On entend ses bruits de pas, les griffes de Corto sur le carrelage, et une discussion à moitié compréhensible. Il a l'air de gronder très fort qu'il avait besoin d'un plat propre et qu'il y en a pas et que c'est pas pratique.
Ca finit par couper au bout d'un moment, La taille limite de vidéo est atteinte.


Jour - 4

Catiel est bien en face de la caméra, visiblement dans les douches de la prison. Le téléphone doit être sur le rebord du miroir. Il a l'air contrit, il frotte la cicatrice sur sa lèvre, avec son nez cassé bien en vue.

“Tu vas pas aimer maaais j'ai un peu déconné aujourd'hui. J'ai… Heu. Frappé Nathan ?”

Il évite le contact visuel avec la caméra.

“Voilà. J’suis pas très calme en fait.”

La porte à l'air de s'ouvrir, hors champ, et une grosse voix d'un autre gardien demande à qui il envoie une vidéo, si elle est mignonne. Cat se précipite sur son téléphone pour rauquer dans le micro.

“Tu m’man-”

Ca coupe brusquement.


--

Syhan a le ventre qui se tord. Il n’a vu des blessure sur le visage de Catiel,  il a surement pris des coups violents. Il enclenche la vidéo sur son visage inquiet. « Ca va ?! Qu’est-ce que tu as fais…?! Je pensais que tu serais sage, tu me l’a dit ! Euh, moi ça va… Je ne suis pas trop sorti aujourd’hui, parce que je commence à tomber malade. C’est surement juste un rhume. Tu m’as fais une place dans ton lit…? Tu sais que je ne vais pas venir habiter avec toi …? Enfin, j’en sais rien ça en fait… Mais, c’est mieux, parce qu’on aura du mal à cacher tout ça sinon. Ne martyrise pas mes cuisiniers s’il te plait… Et, envoies-moi des vidéos depuis chez toi …? Comme ça, tu peux me dire se que tu veux. » Il coupe sur son visage un peu fiévreux.

Il lui envoit une photo de la place vide dans le lit, ajoutant : bonne nuit.

Jour - 5

La vidéo se lance sur Cat la tête dans le pâté, baillant, avec son mug de café dans la main. Il est habillé d’un t-shirt ridicule avec un message tout aussi ridicule dessus, “je ne suis silencieux que parce qu’on ne planifie pas de meurtre à haute voix”. Keith a des idées de cadeau pourries.

“Désolé, je dormais, j’voulais pas… T’faire peur. Pour la baston. Ca va, t’en fais pas, j’ai rien pris. Rien de grave”

Son nez a un peu dégonflé, mais c’est pas non plus Byzance. Au moins il a l’air de bien digérer la douleur. On voit bien ses avant-bras griffés aussi maintenant, et le pansement sur sa main.

“Réchauffe-toi pour le rhume, d’accord ? Bois chaud et tout. Va pas chopper la mort s’il te plait…”

Clairement, il est plus inquiet pour Syhan que pour lui. Il pose le café sur la table de chevet et reprend le téléphone pour l’approcher de lui. Le cadre se resserre sur son visage. Il murmure tout bas.

“Je sais que tu vas pas enménager, mais comme ça tu pourras rester des nuits. Si on a des shifts opposés, ou je sais pas, j’ai pas trop réfléchi. Je veux juste dormir avec toi en fait. C’est con non ?”

Cat regarde vers le côté, puis lève les yeux au ciel. La caméra change d’angle, elle vise le plafond maintenant. On entend des bruits de placards qui s’ouvrent et des sautillements de type qui a l’air d’essayer de rentrer dans son pantalon jusqu’à ce qu’il passe sa tête dans le cadre.

“Faut que j’y aille. Je touche plus à tes cuistots, et je t’envoie une vidéo ce soir. Sors pas, toi. J’t’aime.”


--

Une vue plongeantes sur un puit, Syhan est sur un pont, il montre les alentours. C’est une toute petite passerelle en pierres, avec des plantes grimpantes dessus. « C’est dommage qu’on ait pas vu ça ensemble… » Il a la voix du type qui a le nez bien bouché. Il lui montre son visage souriant, bien que clairement malade. « Il n’y a personne autour, alors, je peux te parler un peu. » Il baisse le téléphone avant de le remonter sur son visage. « Du coup, j’ai bien le temps de réfléchir. Et, je me sens mieux. Je commence à savoir comment affronter une vie avec toi, bien que ça n’ait pas l’air évident… J’ai vraiment peur. Pour pleins de raisons d’ailleurs. » Il grimace et coupe.

Il est allongé dans le lit, les bras tendus. La lumière de la lampe de chevet est chaude sur son visage. Le téléphone le capture de haut. « Je ne sais plus comment on vit à deux. Je ne sais pas comment je suis censé agir avec toi. J’ai peur de te blesser sans m’en rendre compte, comme Danna. J’ai peur que tu me trahisses, comme Katia… J’ai peur de ne pas réussir à.. te satisfaire. Que ma présence ne te suffise pas… J’ai peur. Peur de me jeter corps et âme dans tout ça, et d’en souffrir. Mais je commence à l’accepter, alors, ça ira. » Il lui fait un sourire, remplit de tendresse. « Je peux affronter tout ça pour toi, et pour moi. Au fond de moi, je sais que je t’aime, et je peux tout faire avec ça. Bonne nuit Catiel. » Ca se coupe.

--

La vidéo commence, c’est Corto affalé sur les jambes de Cat, avec la main avec la cicatrice qui lui gratte la tête. Il remonte le cadre et grogne, c’est confus, ça bouge dans tous les sens avant de se stabiliser de nouveau. Catiel avec de la glace sur le nez, affalé sur son coussin, visiblement sur le côté. Il a l’air sérieux.

“Hé, Sy.”

Il vire la poche de glace pour pouvoir parler correctement.

“Faut pas avoir peur. Je vais pas partir, et je vais pas te trahir, et je vais pas… T’es assez. T’es assez pour moi, Sy. J’veux que tu réapprennes à vivre avec moi si tu veux, je suis patient, on ira à ton rythme s’il faut. Je ferais tous les efforts du monde pour toi. Tu l’mérites. Tu mérites tout. Alors je vais être un grand garçon, et prendre mon courage aussi, et faire tous les efforts qu’il faut pour être le mieux que je peux être. Même si c’est difficile. Même si ça veut dire arrêter de fuir. Parc’que toi, t’affrontes aussi tes démons.”

Il tend la main vers la caméra, comme s’il pouvait effleurer Syhan derrière malgré la distance, et il sourit finalement.

“Dors, et t’en fais pas. Et sors pas demain, sérieusement, tu m’inquiètes avec ton nez rouge là.”

Froncement de sourcils.

“Je t’attends toujours. Soigne-toi.”

Corto aboie comme pour souligner ses paroles, la vidéo se coupe sur le rire de Catiel.


Jour - 6

Il est allongé sur le côté, les yeux cernés, ses cheveux font n’importe quoi autour de son visage. Il a l’air vraiment fatigué… « J’ai pas dormis. J’ai de la fièvre, et j’ai froid… J’ai mal partout, ça ressemble à une grippe. Je vais rester au lit aujourd’hui du coup. » Il bouge un peu pour chercher un mouchoir, du coup, il laisse son torse à la vu de Catiel, il se mouche et se rallonge. « Alors, j’ai réfléchis à dormir avec toi, ou emménager. » Il regarde vers le bas. « Et on peut dormir ensemble parfois si tu veux. J’ai bien aimé me réveiller avec toi. » Il rougit en repensant au dernier matin, avant que Catiel parte. « Pas… Pas que pour… C’était bien, mais pas que pour ça… Juste, te voir en ouvrant les yeux, en fait c’est agréable. Et je pourrais faire ça des années j’imagine. Pour le reste… Je veux pas que tu ai des ennuies, et j’en veux pas non plus… » Il ferme un peu les yeux. « Tes blessures vont mieux…? Tu n’en a pas eut d’autres au moins…? Bonne journée, ou bonne nuit, je ne sais plus… Ici, c’est le matin. »

--

C'est un plan sur Corto allongé sous la table de la salle de pause, les oreilles en avant et l'air intéressé par ce qui se trouve de l'autre côté de la caméra.

“Tu dis bonjour à hun ?”

Le chien aboie joyeusement, la main de Cat rentre dans le cadre pour lui caresser la tête. On entend des voix qui parlent derrière.
La vidéo coupe.

Il ajoute un message : “Je finis tard, tout va bien, je t'oublie pas”
Un autre juste après : “Tu nous manque à tous les deux”


--

« Je ferais bien un câlin à Corto… » Il est toujours allongé sur le côté « Pour en revenir au reste… Je ne te demande pas de changer. C’est pas ça. Et je ne mérite pas tout. Dis pas de bêtises. » Il esquisse un sourire gêné. « Mais je comprend. Je veux aussi faire ça. Tous les efforts du monde pour toi. Je parles tout seul…? Ah non, c’est bon… Ca film… Je suis fatiguer, mais j’arrive toujours pas à dormir. » Il lâche un soupire. « Tu trouves le temps long…? Je suis désolé. Ca l’est un peu pour moi aussi en fait. » Il attrape le téléphone et roule avec dans le lit, jusqu’à la place que Catiel a occupé. « Il n’y a plus ton odeur.... » Mais il a le nez bouché, alors peut-être que si en fait. « J’aurais dû voler tes vêtements, ou je sais pas… Je crois que je délire à cause de la fièvre… Je te renvoie une video quand ça va mieux. Je t’embrasse… Partout… partout… » Il rougit et se cache le visage d’une main. « Own… Pardon… »

--

Ca commence sur la main de Cat, celle qui a pris les éclats de tasse, les plaies sont propres. Ca glisse sur les bleus sur ses côtes, puis ceux aux jambes, et il finit par remonter sur le visage, la mâchoire avec des bleus aussi, son nez. C'est moche, mais comparé aux cicatrices qu'il traîne c'est rien.

“Voilà, comme ça tu vois tout. Nathan a… L'épaule qui a pris, le menton, et la gorge. J'ai un peu essayé de l'étrangler. Et j'ai cassé deux tasses.”

La caméra s'éloigne, on voit tout son visage vu d'en haut. Visiblement il est allongé, la tête vers les pieds du lit. Le plafonnier lui fait une lumière crue sur la face.

“J'ai pas repris de coups aujourd'hui. T'as l'air au bout de ta vie, toi. Va voir un médecin.”

Il fronce les sourcils, puis se détend. Il sourit, très doux, un peu mélancolique.

“Quand tu reviens on dormira ensemble alors, pour pouvoir faire la grasse matinée tous les deux. On glandera dans le lit jusqu'à midi, même sans rien faire ça me va. Ou on reprendra ce qu'on a arrêté pour aller à l'aéroport. Tant que t'es là, avec moi, tout me va.”

Un rire de gorge.

“C'est un peu ridicule dit comme ça non ? Bref. Dors.”

Il le dit tout bas, tout doucement, puis la vidéo s'arrête.


Jour - 7

Le parc est vide, visiblement, à part pour Corto qui court au hasard dans les buissons. Il fait gris, un peu lumineux, comme s'il allait neiger.

“J'espère que tu vas mieux, et qu'il fait moins moche à Florence.”

La caméra se tourne sur Cat avec sa capuche de hoodie sur la tête, son gros blouson en cuir et la fumée d'une clope qui monte à côté.

“Ici ça va. Je m'ennuie quand même un peu… J’sais pas comment j'ai tenu si longtemps sans voir de gens ici en fait. ‘fin on est au parc et c'est sympa, j'irais prendre un café après. Ca fait du bien d'être en repos.”

Il sourit, et coupe la vidéo.


--

C’est sa tasse de café, avec de la mousse par dessus. Ca fume dans l’air du café, avec une lumière plus jaune, et un des fauteuils de cuir vide en face. Il est dedans, visiblement.

“Je sais pas comment tu fais pour boire ton café sucré, c’est trop bizarre.”

L’image remonte, ça pointe vers la vitre. Il neige à gros flocons, le monde est tout blanc, tout confus.

“Et il neige ! J’espère que ça va tenir jusqu’à ce que tu rentres, c’est pas mal. Par contre on se gèle les roustons. Pas dedans, dehors je veux dire. On va rester là jusqu’à ce que ça se calme avec Corto.”

Encore quelques secondes de neige, puis ça coupe.


--

Une boule de neige bien tassée sur la main valide de Cat, qui ne porte pas de gant. L’image tremble, il doit avoir du mal à tenir le téléphone avec l’autre patte, mais il fait sautiller la balle improvisée comme s’il s’amusait. Il finit par la lancer, loin, et Corto file comme une flèche pour la rattraper alors on entend le rire de Catiel.
Il doit tourner son téléphone, parce que maintenant c’est sa tête. Il a toujours sa capuche, et le nez un peu rouge en plus d’être cassé. Il s’amuse, c’est visible, il a ses rides au coin des yeux.

“Si ça tient jusqu’à ce que tu rentres on pourra faire une bataille. Reste au chaud. Tu me manques.”

Il fait “au revoir” de la main, et c’est fini.


Jour - 8

Un bar, ou un restaurant. La lumière est tamisée, un peu rouge, mais on reconnaît des gens autour. C'est un plan sur une table longue, des avant-bras, des verres et des assiettes. On entend des voix graves qui parlent et rient, la soirée a l'air drôle.
Ca coupe.


--

Catiel dans le canapé. Enfin, la gorge et le bouc de Cat, jusqu'à la limite de son nez. Il cadre comme quelqu'un qui a trop bu.

“Hé Sy !”

La vidéo tangue un peu, mais elle est lisible.

“J'espère que tu vas un peu mieux. Ca fait longtemps que je t'ai pas vu. Les messages c'est pas pareil… Tu me manques. Je voudrais voir ton visage, tes cheveux, juste ton sourire. Ca aide bien à compenser l'océan là, c’lui qui traîne au milieu.”

Il a l'air de réfléchir, silencieux quelques instants.

“Ici ça va. On a été au bar avec des collègues, ils veulent savoir à qui j'envoie des vidéos. J'ai dit que c'était pour ma mère et je crois que c'est le mensonge le plus con du monde. Y’en a qui veulent savoir si ma copine est mignonne… J'ai rien dit du coup. C’pas leurs oignons.”

On voit son sourire amusé, puis il baille.

“Je vais dormir. Guéris !”


Jour - 9

Il fait nuit dehors, ça se voit dans la fenêtre derrière Catiel. Il y a juste la lumière des lampadaires dans la rue qui éclaire sa silhouette. Il a l’air à peine réveillé quand il parle très bas.

“J’arrive pas à dormir. J’ai le cerveau qui mouline. J’espère que tu vas bien, que tu te remets. J’pense à toi. Je voulais juste te… parler...”

Il se tait, immobile, et à priori il s’endort finalement. Il y a plusieurs minutes de Cat qui respire tranquillement avant que la limite de taille de vidéo soit atteinte.


--

Sa table basse, avec la bouteille de limoncello, un verre à shot, de la charcuterie et du pain. Le cendrier dans un coin, avec plusieurs mégots écrasés. La truffe de Corto qui s’agite vers la nourriture, Cat qui se marre et sa main qui passe dans le champ pour éloigner le chien.

“T’as vu ? J’ai juste pas trouvé de fromage bizarre. Ca va faire dix jours que je suis rentré, je me disais que je pouvais… J’sais pas, marquer le coup. C’est peut-être pas sympa si tu bouffe que du bouillon de ton côté, désolé !”

Le téléphone doit être posé sur ses genoux, parce que le plan est cadré n’importe comment, et de travers mais on voit qu’il se sert un verre d’alcool avant de reprendre le contrôle de la caméra pour la pointer proprement sur son verre.

“Je t’en laisserais pour cuisiner, promis.”


--

C’est juste Cat sur le côté dans son lit, comme il commence à avoir l’habitude. Il sourit tendrement à la caméra.

“Dors bien, hun.”

Rien de plus.


Jour - 10

Catiel et son t-shirt à message pourri “j'préfère ta soeur” et la lumière du frigo sur son visage, visiblement. Il a l’air sacrément pas réveillé.

“Tu m’manques. Et j’ai envie de prendre l’avion pour te rejoindre.”

Le frigo se referme, il se balade dans sa cuisine jusqu’à la machine à café. C’est le broc entier, à moitié plein, qu’il soulève en guise de tasse. Il donne l’impression de pas avoir dormi de la nuit.

“J’espère que tu vas quand même mieux. Reviens vite.”

Il tente un sourire un peu difficile. Plus rien.


--

Il est dehors, d’abord il fait face avec un sourire puis il tourne la tête. « Il y a du vent. » Ses cheveux volent derrière sa tête. « Regarde, c’est magnifique !! » Il lui montre les arbres du bord de la rivière qui se plient sous le vent. Syhan est un peu tout fou. « Regardes !! » Il met le téléphone devant lui, tourne en rond un instant et se laisse doucement tomber dans l’herbe froide. « Catiel, j’aimerai que tu sois là !! » Il met la caméra vers le ciel sombre. « J’adore ce temps ! » Il s’assied et se remontre à l’image. « Je vais mieux, je me suis reposé, je suis désolé de ne rien t’avoir envoyer. Je pensais à toi, tout le temps. J’étais heureux en pensant à toi, ça me réconfortait de savoir que tu m’attends, et qu’en rentrant, je te retrouverais. Tu n’es pas là. Mais je suis heureux quand même… C’est nouveau. Mais, ça me fait me sentir très bien. » Il lui envoies un sourire d’un nouveau genre, le sourire heureux de vivre, heureux d’aimer, d’être aimer. « Tu commences à compter les jours ? Moi un peu. Il en reste dix. » Il lui remontre sa tête avec ses cheveux au vent. « Dans dix jours, je te retrouve. Et je serais encore plus heureux…?! »

Une vue plongeante sur une assiette de risotto. « Ben, voilà. Là c’est moi qui mange du riz. Je te ramènerai du fromage, mais je sais pas s’il passera à l’aéroport. » Il rigole doucement et tourne le téléphone vers sa tête. Il sourit, il a l’air bien. « Tu n’as pas bu tout le limoncello hein ?! Je me suis reposé et ça va mieux. Il faut que tu te reposes aussi. Faut tenir encore quelques jours, maintenant, la moitié est faite. » Il baisse les yeux, affichant un sourire un peu difficile aussi avant de relever le regard. « Tu moulines sur quoi ? Ca ne va pas…? Et j’ai vu tes blessures. T’as vraiment abuser Catiel. Tu m’avais promis de pas finir à l’infirmerie et d’être sage… Tu t’inquiètes pour moi, mais moi aussi tu sais. Tu fais chier… » Oui, c’est pas très gentil, mais du coup, il est un peu en colère en pensant au nez cassé de balafre-man. Il coupe.

Il est assis, derrière il y a un grand bâtiment en pierre, il est surement sur des marches. Il a attacher ses cheveux bien haut. « Bon… De toute façon, ça sert à rien que je sois en colère… C’est fait. Mais si je revenais dans ton état, ça te ferais quoi ? » Il s’arrête, comme si quelque chose se passait devant lui. Il reporte son attention sur le téléphone. « Ne prend pas l’avion, une fois, c’était déjà insensé… Je vais rentrer, je tiens mes promesses. » Il esquisse un sourire, il sait très bien qu’il a lancer une pique. Il reste un moment à fixer. Puis un dernier sourire. Fin.

Il est dans le lit, sur le côté, téléphone calé quelque part, lui laissant les mains libres. Une sous sa tête, l’autre devant son cou. « Je me rattrape je crois. Je pensais à une bataille de neige. Il a vraiment neigé à Lancaster…? Tu perdrais, c’est la première fois de ta vie que tu vois de la neige je suis sur ! Tu sais que d’où je viens, on passe jamais un hiver sans neige. » Il a l’air pensif un instant. « J’ai trop mangé ce soir, alors je suis ballonné. C’était des brajoles, j’avais jamais mangé ça. Je me suis vraiment éclater le ventre… Tu… Ben… Tu me manques aussi. » Ses joues se teintent de rouge. « Bonne nuit Catiel. »

Jour - 11

La vidéo sautille, il marche dans la rue pour aller bosser. Le sol est encore plein de neige, ça crisse et ça craque, Cat porte un bonnet sobre sur son absence de cheveux, pas un hoodie cette fois. Il ne fume pas. Il a l’air reposé.

“Ca m’a fait plaisir de te voir.”

Il sourit en grand, avec les yeux aussi. Il a l’air dix fois plus joyeux que les derniers jours, même s’il doit être tôt. Le ciel est rose, le soleil se lève encore, tout a l’air pastel, tranquille.

“T’as l’air heureux. Ton sourire, il est pas pareil. Je l’aime mieux comme ça. J’vais passer ma vie à te faire sourire si tu me fais ça à chaque fois.”

Un rire bas. Il baisse un peu la tête, gêné, mais la relève vite.

“M’enfin j’aimerais bien juste passer ma vie à te faire sourire tout court, hein. Va pas t’envoler dans une tempête avec ton vent à décorner les boeufs, là.”

Il hésite, se mord la lèvre du côté marqué, finit par balancer très vite sa phrase.

“Continue à penser à moi. J’veux bien être celui qui te rend heureux quand t’as la grippe.”

Il rougit franchement, et arrête la vidéo là dessus.


--

Les expressions à coucher dehors du maître chien le font toujours rire. La vidéo commence sur un fou rire de Syhan. Et s’arrête avant qu’il ait fini de rigoler.

Il c’est calmer. Il est dans la salle de bain, assis sur la baignoire. Il est apparement torse nu. Il lui lâche un sourire en coin. Il se lève pour se mettre dans la baignoire, des bruits d’eau. D’accord, il n’est pas juste torse nu. « La dernière fois que j’ai pris un bain… » Il se redresse pour baisser la tête. « Tu sais bien en fait. Mais je pensais à ça… Et là, j’aurais bien aimer le prendre avec toi. » Ses cheveux tombent devant sa figure, il les remet en place et coupe.

Cheveux mouillés, collées à sa peau. « Et je pense à toi, même quand je ne suis pas malade. »

--

C’est sa main, celle qui a été blessée, avec les plaies presque cicatrisées. Puis c’est son nez pas très bien cadré, de profil pour voir qu’il est presque plus gonflé, même s’il a toujours un hématome. Puis c’est Catiel affalé le menton sur son coussin, couché sur le ventre à tenir le téléphone devant lui.

“Tu vois ? Y’a presque plus rien. Je sais que j’ai déconné, mais si tu revenais dans le même état je trouverais le type responsable et je lui casserais des os. Tu vas pas faire la même chose… Et tu va pas non plus empoisonner Nathan, j’te vois venir.”

Il souffle fort, ferme les yeux comme s’il voulait se calmer.

“Chuis désolé, j’aime pas les bains. J’ai peur de l’eau en fait, du coup… Mais j’aurais aimé être avec toi quand même.”

Il réouvre ses paupières, sourit puis grogne, le souffle coupé. Il se redresse, il n’y a plus que son torse dans le cadre alors qu’on l’entend demander à son chien de bouger son cul de son dos. Ca dure quelques secondes et il se laisse de nouveau tomber comme une patate sur le ventre.

“J’suis désolé de pas avoir tenu ma promesse. J’bosse tôt demain, je te laisse. Promis j’approche plus de l’infirmerie. Je serais en forme pour te rouler dans la neige.”

Il tire la langue et éteint la caméra.


Jour - 12

Un plan paysage sur sa bouche. Il sourit. « J’ai encore rêvé de toi. » Il se mordille la lèvre. « C’était doux… » Il sourit encore. « J’avais l’impression de sentir à nouveau ton odeur, et tes mains, tes bras autour de moi. C’était pas un rêve très long à raconter. J’étais juste bien contre-toi. Comme le matin avant que tu partes. J’avais ta voix dans le creux de l’oreille. » Il marque un long temps de pause. « Je t’aime tellement Catiel. » Un dernier sourire, et il coupe.

--

A priori c’est un couloir tranquille de la prison, peut-être celui qui va jusqu’aux vestiaires. Il n’y a personne, que Cat adossé contre un mur, filmé de près.

“Hé, Sy ?”

Il parle sur le même ton qu’il prendrait pour lui parler dans l’oreille, bas, un peu rauque, amusé.

“J’t’aime.”

Fin de la vidéo.


Jour - 13

Le visage de Syhan dans un plan aussi large que possible à bout de bras. « Je t’aime aussi. »

--

Il y a Catiel avec des lunettes, visiblement de lecture, et à côté de son visage souriant un bouquin. C’est la fontaine de Neptune sur la couverture.

“T’as vu ce que j’ai trouvé ?”

Il repose le livre en riant, il n’y a plus que son visage dans le champ.

“Je crois que c’est pas un bouquin très intéressant mais j’ai pas résisté. Au pire il fera juste joli, c’est bien aussi. Et oui j’ai ri quand je l’ai vu dans la boutique, tu peux te fiche de moi. J’espère que ça va à Florence aussi. J’t’attends toujours !”


Jour - 14

Le plan est large, visiblement le téléphone est posé sur le bar en face du plan de travail sur lequel est assis Catiel, avec son pantalon de sport et un racerback limite trop petit pour sa carrure. Il a son cendrier à côté.

“Aujourd’hui j’ai Rowe qui m’a insulté en espagnol. C’était marrant. Je savais pas qu’il apprenait juste pour me faire chier, j’ai été surpris de l’entendre beugler comme ça. Son accent est atroce du coup je lui ai ri au nez, et d’autres matons l’ont dégagé de devant moi avant qu’il se vexe vraiment et qu’il essaie de me planter.”

Il inspire une bouffée de fumée, la recrache en riant.

“Du coup je me suis dit qu’en fait je t’avais jamais parlé espagnol. C’est dommage, c’est joli. Alors voilà...”

Il se penche un peu en avant et prend sa voix la plus chaude.

“Te quiero, cariño.”

Éclat de rire brûlant de joie, il saute de son perchoir pour éteindre la caméra.


--

Un texto : Tu n’as pas pu t’en empêcher !

« Ta voix. » Encore un plan bouche, puis traveling arrière pour montrer son visage. « Tu n’imagines pas ce que ça me fait. Haha. J’ai pas tout compris. Mais, l’essentiel je crois que oui. » Sa bouche fait un mouvement sur le côté. « Tu ne m’as jamais entendu parler suédois non plus. Mais… Plus tard ? Rowe te déteste ? Fait attention à ce qu’il ne fasse pas en sorte que tu te fasses coincé entre-quatre murs. » Il regarde un peu autour. Difficile de déterminer où il est. « J’ai ta voix dans la tête… Et elle me hante… Ca traverse ma chair. »

Jour - 15

Ca commence sur son cou. Il est torse nu. Il fait glisser la caméra le long de son épaule, doucement, puis devant son torse, et son ventre, jusqu’à la ceinture de son boxer. La vidéo s’arrête, pas un mot, juste les yeux de Catiel qui glisseront sur sa peau.

--

Juste quelques secondes de Catiel rougissant, visiblement caché dans la laverie.

--

Un autre flash, visiblement c’est sa salle de bain, avec le rideau de douche entrouvert et le bruit de l’eau qui coule et le rire de Cat.

“Ca te rappelle un truc ?”

La vidéo s’arrête là.


--

Quelques minutes plus tard. La vidéo est floutée par la buée, mais on distingue Cat qui tient le téléphone à bout de bras. Il essuie la lentille, on le voit résolument nu jusqu’à la limite de la décence pendant quelques instants avec netteté, cicatrices et eau qui coule et plaies récentes aux bras et à la main. Il sourit comme un imbécile, puis la buée reprend ses droits.
L’image se coupe.


Jour- 16

Syhan lui envoie sa tête, cachée dans une main, un sourire aux lèvres. « Je me souviens. Et ça me fait toujours autant… » Il coupe.

Un peu plus tard, il est aussi dans la salle de bain, il lance la vidéo et va se placer plus loin. Il a préparé les réglages, le téléphone est posé. Il est de face. « Tu te caches…? » Il se tourne. Il croise ses bras sur son ventre, pour poser ses mains sur ses flancs, et les faire remonter sur son t-shirt, puis les faires redescendre, doucement. Il attrape son haut, et le fait remonter, il met légèrement la tête sur le côté, pour que Catiel voit ses yeux, son épaule cache sa joue. Il est rouge, alors c’est mieux comme ça. Doucement, il dévoile son dos musclé, jusqu’à complètement retirer le vêtement. Il passe ses mains sur ses hanches, puis attrape son pantalon et son boxer avec les pouces, il se met légèrement sur le côté. Hésite un instant et le plus sensuellement qu’il puisse, il les fait glisser le long de ses jambes, en se baissant, puis il se relève et……. Il cogite que s’il veut éteindre, il faut qu’il fasse face à la caméra, et là, il comprend pourquoi Catiel à jugé bon d’utiliser la buée. Il est plus malin que ça. Toujours de dos, il fait remonter ses mains le long de sa nuque jusqu’à ses cheveux. « Fais comme moi… Dis-toi que c’est tes mains. » Il les redescend ensuite sur son torse, puis les fait apparaître sur ses épaules, ses bras, encore ses flancs... Il a les yeux fermés, et essaye vraiment des penser que c’est Catiel qui a ses mains sur lui, alors il jette un peu la tête en arrière dans un soupire. Ses mains glissent sur le côté de ses fesses, vers ses cuisses. La vidéo s’arrête, la limite est atteinte.

--

Juste un SMS : “J'ouvre plus tes vidéos au travail”

--

Ca filme, mais il n'y a pas vraiment d'image. Juste du noir un peu granuleux. On entend le souffle de Cat, court, un peu erratique, il gronde tout bas. Quand il arrive à formuler quelque chose de cohérent c'est avec la voix rauque, lourde de désir.

“Sy-”

Puis plus rien.


Jour - 17

« Mais tu faisais quoi ?! » Il a juste filmer son drap devant ses jambes.

--

Flash de Catiel en salle de pause, sourcil levé, dubitatif. Il y a encore du bruit autour. Il est dos à la fenêtre, on voit d’autres employés qui se reposent dans le reflet.

“A ton avis ?”

Il laisse sortir un rire de gorge et c’est fini.


--

Juste un sms : Han… Catiel…
Encore un autre : Je l’ai déjà fait, et je pourrais recommencer.

--

Un SMS en réponse : “Je vais aussi arrêter d’ouvrir tes messages écrits. J’ai trop d’imagination.”

--

Il est allongé dans le lit, le téléphone le capture du haut. « Alors, imagines-toi que la prochaine fois… » Il adopte une voix douce, plus sensuelle, et rapproche un peu le téléphone, comme pour donner une idée plus intime. « Mmh… La prochaine fois, peut-être que je te prête mes mains. » Il est rouge, et ‘le’ regarde avec des yeux pleins d’envie. Puis il arrête.

Il fait un sourire. « C'est un peu vide sans toi, je dois bien l’admettre. » Il tourne en rond, il est dans la chambre, puis il se laisse tomber sur le lit, ses cheveux s’étalent partout. « En fait, tu me manques énormément quand même, je ne pensais pas. Je rentre dans 3 jours maintenant. Bonne nuit Catiel... Je t'aime. »

Jour - 18

Le retour de la salle de bain. C'est Cat en face du miroir, qui sourit. Pas de vêtements en vue sur son torse, il est fraîchement tondu du bouc et des cheveux.

“Jour de congé ! Je vais ranger l'appart et faire des courses je crois. Il y a plus de neige dehors par contre c'est dommage…”

Une grimace, puis un sourire. Il lève la main : de l'anti-buée en spray. Il a l'air trop fier de lui pour être honnête.

“Mais j'ai ça ! Bouge pas !”

Il coupe en riant.


--

Quelques minutes plus tard. La caméra pointe vers la douche, rideau ouvert, Catiel de dos qui va sous l'eau.
C'est juste ça, il prend sa douche du matin. Il se savonne lentement directement avec un pain de savon, sans jamais passer de face, en fredonnant une chanson et en jouant des muscles dorsaux comme un gros môme. Il se masse un peu pour se délasser, fait preuve d'une touche de sensualité même quand il se malaxe la nuque et qu'il rauque de plaisir. Avec la lumière de la salle d'eau, on voit bien les marques et son tatouage sur le mollet, mais ça a pas l'air de le perturber.
Petit à petit, sa posture se détend, il se tient moins droit, chante un peu plus fort.
La vidéo finit par couper avant qu'il sorte de la douche.


--

Son visage glacial à l’écran, et sa voix du nord. « Je te promet, je me vengerai Catiel. Ne crois pas que tu vas t’en sortir comme ça. Et je te trouve bien content de prendre une douche, pour quelqu’un qui n’aime pas l’eau. »

Jour - 19

L’appartement de Catiel. Les étagères sont bien rangées, tout est propre, pas de vaisselle qui traine ni de jouets pour chien en désordre. Il balade la caméra sans parler, dans la cuisine, dans l’espace salon, puis dans la chambre. Ca traine sur le côté du lit “pour Syhan” puis la caméra s’effondre pour suivre Cat. C’est confus, puis c’est son visage vu d’en haut. Il a l’air affalé au milieu du lit.

“Je profite d'avoir encore le matelas pour moi, tu vois. J'en peux plus d'attendre.”

Il roule avec le téléphone, finit sur le ventre et pointe la caméra vers une tasse qui fume.

“Ça c'est supposé m'aider à dormir dans une demi-heure, je prend à cinq demain et il est neuf heures là. Je vais essayer de pioncer un peu.”

Il retourne l'objectif vers lui, en contre-plongée, assis sur le matelas. Il joue avec la cicatrice de sa main. Son t-shirt dit “Wake me up inside” cette fois.

“J'ai hâte de te voir t'as pas idée. J'en crève d'envie. Je sais même pas ce que je ferais quand je te vois. Je crois que je veux juste ta présence à côté. Okay, et je veux t'embrasser aussi. Je prendrais un escabeau avec moi ça sera plus facile !”

Il se marre de sa blague. Ses jambes se déplient, il s'étire.

“Allez, j'essaie de me reposer. A demain, Sy.”

Plus rien.


--

Il film depuis la fenêtre à côté du lit. Le soleil se lève, il est tôt. « Tu as dormis ? Je viens de me lever, en fait il est tôt… Mais j’ai bien dormis ! C’est mon dernier jour, alors je vais faire mes affaires. Bonne journée Catiel. »

Un plan sur une valise ouverte. « Je prend l’avion dans la nuit, J’ai presque fini ma valise. Il y a des choses pour toi dedans, mais tout au fond, alors tu ne vera rien ! » Il lui montre son visage, plutôt heureux d’ailleurs. « J’ai l’impression que je vais exploser. Je sais déjà que je ne vais pas dormir ! J’aimerais que tu me tienne compagnie toute la nuit ! Enfin, jusqu’à ce que je décolle. Mais reposes-toi. Tu dois travailler demain ? » Il s’assoit, les jambes vers la poitrine, un peu écartées, il est en boxer avec un t-shirt noir, contrastant sur sa peau blanche. Il se film du dessus en fixant la caméra du téléphone. Il passe son autre main dans sa nuque. « En fait… » Il esquisse un sourire en coin et lui jette un regard malicieux. « Attend. » Il arrête de filmer.

Il lui en renvoie une, presque 20 minutes plus tard. C’est un plan sur son visage, il est à demi sur le ventre, à demi sur le côté. Il a les yeux fermés, il les rouvres. « J’en peux plus Catiel… » Sa voix est brûlante, pleine de son désir. « Aaah… » Il referme les yeux, la bouche entrouverte. Son visage se crispe un peu. Il rouvre un oeil après un soupir plutôt proche de l’extase. « J’en peu plus … d’attendre… Tes.. mains… et ton corps.. nnh… » Sa gorge produit un râle, il se cache un instant dans l’oreiller et relève les yeux. Il le fixe, au bord de la délivrance. Il se redresse sur son avant bras, montrant un morceau de son torse, il baisse le menton. « Hnnn ! » Il retombe dans un bruit de gorge étouffé, et coupe.

--

Un message : “Je vais arrêter d'ouvrir tes messages tout court”
Un autre deux minutes plus tard : “T’as la chance que j'ai peur de l'eau sinon j'aurais traversé ce putain d'océan, Syhan Lindgren. Je te lâche plus quand tu rentres.”


Jour - 20

Il y a juste le planning des gardiens, avec la date bien en vue. La vidéo coupe au bout de quelques secondes.

--

C'est les vestiaires, le casier de Catiel avec tout son équipement dedans et le gros harnais de son binôme.

“A dans deux jours !”

La caméra se tourne vers son visage. Il est fatigué, probablement parce qu'il a mal dormi, on se demande bien pourquoi…

“J'ai eu le week-end. Tu peux plus fuir.”

Un sourire moqueur. Il lève les yeux de la caméra, parle quelques moments avec quelqu'un hors champ, puis replace son regard.

“Reviens vite.”

L'image descend rapidement sur Corto qui attend, oreilles tendues en avant, puis ça s'arrête.


--

Visage épuisé. Il est contre une porte blanche. « Voilà. Je suis rentré. » Un sourire, qui vire au rire, peut-être de fatigue. « Je suis rentré… » Ses yeux balaient devant lui. « Je réalise que je ne t’ai pas vu pendant 20 jours, et c’est un record depuis que je te connais.» Il se frotte le visage d’une main. « Je suis épuisé. » Il marche un peu et se laisse tomber de haut, sur son matelas, toujours aussi coller au sol. « J’ai hâte de te revoir maintenant... » Un sourire.[/color]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Log vidéo - S. Lindgren et C. Vega
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "La vidéo qui réveille^^"
» Les vidéos inutiles
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» [24/06/11] Vidéo des meilleurs moments de l'E3 2011
» wtf vidéos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind The Cell  :: Rémission :: Quartier des créations-
Sauter vers: