:: Rémission :: Corbeille :: Les rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le médecin offre un café. [Pv. Ambroise Campbell]

avatar





Invité
Invité
Ven 11 Nov 2016 - 18:42

Lilian devait surement avoir encore passé la nuit à lire les dossiers des nouveaux arrivants. Toujours de nouveaux détenus, d'autre mourant, d'autre prenant leur place. En sept ans, il avait vu toute sorte de dossier lui passer dans les mains, sur son bureau. Il avait aussi pu voir bien des choses qui auraient pu en choquer, mais pas lui. Enfin. Souvent, voir quasi toujours, il ne prenait que les cas qui pouvait bien l'intéresser. Il était un tantinet difficile sur ces cas. Au moins, il pouvait refiler les cas ennuyants à ces subordonnés. C'était déjà bien. D'un autre côté, il devait aussi surveiller que sa fille ait une bonne éducation, que sa mère ne gâche pas tout. Il devait donc bien surveiller cela.

Il venait donc à peine de se réveiller. Courbatures au dos. Bordel. C'est ce que cela pouvait donner de dormir sur une chaise et un bureau. Ah lala. Baillant légèrement, il s'étira un peu avant de regarder les dossiers qu'il avait encore sur son bureau. Les plus récents. Hm. Devrait-il les regarder ou bien attendre d'avoir prit un bon café. Hm. Il allait en regarder un dernier. Juste un.

Il l'ouvrit alors, regardant avec peu d'intérêt.... Avec de sembler reconnaître le nom. Ah. Il avait déjà entendu parler de cet homme. Une affaire concernant de l'argent. Que cela était stupide. Trop même. Il eut tout de même un léger sourire, lui qui était normalement si peu expressif. Il en eut un maigre intérêt. Mais il ferma tout de même le dossier avant de les ranger sous clefs. Il n'appréciait pas que n'importe qui regarde les dossiers pour rien. Il quitta alors sa chaise pour ensuite sortir de l'infirmerie.

Il avait envi d'un café. Pas du grand luxe, simplement un café noir. Pour cela, il marcha tranquillement jusqu'au réfectoire. Il aurait pu aller dans le coin pour les employés, mais c'était intéressant de voir les détenus dans un lieu si neutre... S'y rendant, il avait les mains dans les poches de son sarrau, marchant alors vers la machine à café. Quelqu'un y avait fait du café. Eurk. Il prit le pot et en vida le contenu dans l'évier avant de rincer et replacer dans la machine. Il prépara alors du café frais, ce fichant plutôt ouvertement du fait que la personne l'ayant fait pourrait être dans les parages. Entre temps, il sorti une tasse avant d'attendre, posant alors son regard sur les détenus présent tout en remarquant au moins un gardien non loin. Hm. Toujours aussi calme, mais moins qu'à l'infirmerie. Il en soupira un peu avant de remarquer quelqu'un un peu plus loin. Oh ? Serait-ce l'homme dont il avait regarder le dossier en dernier. Un certain monsieur Campbell. Là, cela intéressait le latino à rester un peu plus longtemps au réfectoire.

Remarquant alors le café prêt... Il y réfléchit un court instant avant d'aller prendre une deuxième tasse, préparant alors deux café noir. Il laisserait le plaisir à l'autre homme d'y rajouter ce qu'il voudrait. Ayant donc les deux tasses, Lilian prit alors une direction bien précise, il se dirigea directement vers l'homme.

"Monsieur Ambroise Campbell, je présume ?"

Il restait poli, inexpressif. Il ne souriait que très rarement, voir même jamais. Une des rares personne l'ayant vu sourire fut sa fille.... Ainsi que sa défunte mère. Enfin bon. Voyant donc que c'était la bonne personne, il lui tendit alors une des tasse sans le quitter des yeux. Il était autant inexpressif du visage que du regard. Ce qui pouvait en troubler certain.

"Accepteriez-vous de boire un café avec moi ? Cependant, je ne vous ais fait qu'un café noir, cela ne vous dérangera pas j'espère."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2016

Dossiers privés
Âge du personnage: 51 ans
Taille: 1.83 cm
A savoir:
Ven 11 Nov 2016 - 22:25
Le médecin offre un café Ft. Lilian Pérez Trois jours.

Trois jours que j’étais ici, enfermé. Autant vous dire que je ne me faisais que très mal au quotidien. Le matin, une énorme sonnerie retentissait pour nous réveiller, et les cellules s’ouvraient d’un coup, toutes en même temps, dans un vacarme pas possible. Moi qui avait l’habitude de dormir avec des boules quiés, me voilà servi. Nous devions nous lever, faire le sport matinal, bon ayant toujours été sportif c’était plutôt facile même si j’étais loin d’être le plus doué dans ce domaine, puis aller nous laver. Encore une étape difficile pour moi, se laver en présence de tous ces hommes. Déjà, voir des gens nus à longueur de temps n’était pas ma plus grande passion, mais alors là, c’était pire. Bon, il y avait quelques corps agréables à regarder mais mon esprit n’était pas particulièrement tourné vers ceux-là ces derniers jours. Après cela, nous devions nous habiller, pour nous rendre au réfectoire et prendre le petit déjeuner. Autant dire que ça aussi ce n’est pas la chose la meilleure du monde. Au contraire, c’est bien loin de mes chefs cuisiniers personnels. Et puis je me demande chaque matin, Maman, comment elle va ?

Après le petit déjeuner nous avions le choix, une sorte de quartier libre. Moi, je vais à la bibliothèque et pour tout vous dire, j’y reste toute la journée. Car je suis encore perdu et que je ne sais pas exactement ce que je pourrais faire pour m’occuper. Enfin, tout cela pour vous dire que la vie en prison, c’est un véritable enfer pour moi. Ah il doit rire Lionel ! Il doit jubiler à l’idée qu’on ait dû me faire un toucher rectal à mon arrivée pour vérifier que je ne cachais aucune marchandise en moi.

Là maintenant ? J’étais dans le réfectoire, assit à une table isolée, pensif. Je caressais mes magnifiques mains, les touchant, délicatement, me disant qu’ici, je n’aurais jamais mes crèmes hors de prix pour ne pas avoir de vieilles mains de paysan. Ni même mes crèmes de jour pour garder bonne mine, ou encore mon gel pour les cheveux. Oui ici, je n’avais rien, plus rien. Je ne possédais plus rien, j’étais pris au dépourvu, je ne m’attendais pas à finir en prison. Je sais pourtant que je suis un criminel, mais être ici, c’est le malheur.

Une voix me fit sortir de mes pensées, ainsi qu’une délicieuse odeur de café. Je redressais le nez pour poser mes yeux noisette sur un jeune homme. Au vu de sa tenue, ce n’était pas un détenu, je penchais pour un homme du corps médical.

- Oui ? Dis-je en redressant le nez.

Je fronçais les sourcils mais à la vue du café j’eus un fin sourire et me redressais pour l’attraper, humant sa douce odeur. Ah qu’est-ce que j’aimais ça.

- Je préfère le thé, cependant, ce café est le bienvenue. Merci Monsieur… ? Je le regardais, interrogateur. A qui ai-je l’honneur ?

Pas besoin de rajouter quelque chose dans le liquide noir, il se suffisait à lui-même et rien que l’odeur suffisait  à m’éveiller à nouveau, me faisant sortir de ma torpeur.

- Comment me connaissez vous ?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Le médecin offre un café. [Pv. Ambroise Campbell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Un pub anglais offre bière et tatouages à ses clients...
» Café renversé,aquarium, asticots, moisissures...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind The Cell  :: Rémission :: Corbeille :: Les rps-
Sauter vers: