:: Rémission :: Corbeille :: Les rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une question de principes

avatar





Invité
Invité
Mar 1 Nov 2016 - 18:48
Comme la plupart des villes, Lancaster était transformée le soir. Le chauffeur arriva près du cabaret, gara sa moto et rassembla ses clés dans sa main. Depuis qu’il vivait chez son frère, il avait l’impression d’évoluer en marge du monde ordinaire, tant c’était constamment sombre, silencieux et poussiéreux. Ça lui donnait l’impression d’habiter dans un grenier, un très vaste grenier. Il lui arrivait même de comparer cela à une cellule individuelle. Il n’avait pas de télévision mais il lisait énormément, des thrillers en règle générale, c’était son meilleur moyen d’évasion. Il y avait aussi, bien sûr, le boulot. En parlant du boulot justement… c’était grâce à Wayne qu’il était devenu chauffeur. A cette époque-là, oisif et un peu perdu, il traînait tout le temps dans le coin sans le moindre objectif en vue, et sans se rendre compte, il était devenu un client régulier en mêle temps que quelqu’un de fauché. Wayne l’avait repéré un de ces soirs où l’on est en mal de discussion. Il lui avait posé quelques questions qui lui ont très vite appris dans quelle merde se trouvait Shane. Puis, ce fut comme s’il l’avait rattrapé dans sa chute, comme ça, il lui proposa un job… De la compassion ? Va savoir. En tout cas, depuis ce jour-là, conduire était devenu son métier.

Il n’avait pas encore franchi l’entrée qu’il avait soif. L’alcool lui brûlait toujours le gosier avant la descente. Evidemment, les soirs où il conduisait, il essayait de faire attention.. Enfin, il essayait… Du moins il savait s’arrêter avant d’être sérieusement sonné. Ce désir effréné d’alcool était chez lui des plus puissants, et c’était le meilleur moyen de l’avoir, de l’approcher. Le courisier arriva au comptoir, enleva ses gants de motard, se paya un verre sans plus trop prêter attention aux cheveux roses de la serveuse et aux seins énormes qui dépassaient de son décolleté, ses yeux s’y étant accoutumés. L’ambiance était festive, ce qui n’était pas nouveau. A son deuxième verre, il se mit à chercher Wayne du regard.

Il ne lui fallut pas attendre longtemps. Le voilà qui rentrait en scène, pour présenter sans doute un de ces petits nouveaux. Sa voix grave, abrasive couvrit le tintement des verres. Son visage toujours aussi empreint d’une espèce d’autosuffisance. En règle générale, les gens comme ça soûlaient très vite Shane, mais là c’était différent, ce gars lui était venu en aide, il avait montré une autre facette de lui, qui n’apparaissait absolument pas a premier abord. Si vite apparu, si vite disparu. Le voilà qui descendait de la scène, empruntant un couloir qui s’enfonçait on-ne-sait-où avec cette démarche de l’homme qui n’a de culte que pour lui-même. Shane, comme réveillé soudainement, le suivit. Attention, ce n’était pas une filature, il  voulait simplement l’interpeller, mais il était loin et il y avait toutes ces voix, c’était si bruyant ici.

L'ouverture béante de la porte l'attira irrésistiblement. Wayne discutait avec une autre personne. Shane, qui était quelques instants si décidé à rentrer juste pour lui dire « Hey Wayne, comment ça va ? Toujours aussi remarquable sur scène !» -parce que il lui était depuis quelque temps impossible de repartir sans avoir échangé avec lui un mot ou deux-, se retint, là près de la porte, se faisant discret. Et il tendit l’oreille, presque inconsciemment, par curiosité, un peu mal placée certes. Il ne lui fallut pas longtemps pour entendre parler de transport de drogue vers la prison. Il leur fallait un chauffeur…C’était son truc, ça. Oui, c’était dans ses cordes. Mais ce n’était pas dans ses principes. En proie à ses réflexions, le silence s’abattit soudain. L’avaient-ils repéré ? Ses jambes se raidirent, il ne savait plus s’il devait faire demi-tour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Date d'inscription : 30/01/2016
Localisation : Pas en prison, en tout cas.

Dossiers privés
Âge du personnage: 52 ans.
Taille: 1m89
A savoir:
Voir le profil de l'utilisateur




Wayne Vincentini
Gérant de Cabaret
Mer 2 Nov 2016 - 16:32
Une question de principes.
Avec Shane Heaney ••• Il y a tout un tas de trucs qui se passent au Wayne's World, en dehors du spectacle. Loin de la scène, loin des projecteurs dardant sur moi leurs rayons saturés, des histoires plus sombres se mêlent dans les coulisses. Quand je quitte la scène, je fais que changer de costume ; je laissais le Show Man derrière moi, et mon sang d'avocat revenait prendre le dessus. Il faisait foule dans le cabaret, le monde emplissait la salle, et les voix s'élevaient un peu partout, surpassant la musique. Mélinda était en train de courir entre les tables, rattrapant les erreurs que Kaleb et Michael pouvaient faire. Son regard était maternel, mais sa voix était celle d'une femme agacée de devoir refaire le travail à leur place. Elle avait ramené sa chevelure rose en chignon, tout en bougeant en rythme avec la musique, Alice Cooper. Toujours. Ne t'en fais pas, il m'arrive parfois de changer de disque.

J'étais en train d'enlever ma veste, lorsqu'on m'appela pour affaire. Je caressai ma moustache du bout du doigt, puis je suivis le gars qui m'avait reconnu. Nous étions proches du bar, et à me voir, on aurait pu croire que je faisais la conversation à un pote de longue date. Malgré mon physique avantageux, ma gueule de prince charmant, et de mon accoutrement haut en couleur, je n'étais pas si simple à trouver dans la foule. Pour la simple et bonne raison que tout le monde veut parler à Wayne. Wayne par ci, Wayne par là, Wayne, quelqu'un a vomi dans les toilettes, Wayne, tu peux m'acheter de la crème pour visage ? Wayne, ça fait longtemps ! Et j'en passe, et j'en passe. Si bien que ce pauvre Shane m'avait appelé sans que je m'aperçoive qu'il était là ; ce n'était pas parce que je le méprisais, mais bel et bien parce que je n'avais pas remarqué le jeune homme. Je vivais en permanence avec du bruit dans mes oreilles, quand ce n'était pas la musique, c'était la conversation.

« Faire passer de la drogue à Lancaster ? »

Fis-je à mon vis-à-vis, un ton trop fort. Disons que j'étais tellement étonné que j'avais oublié d'être discret, je secouai la tête. Je voulus répondre, quand ce dernier désigna d'un signe du menton le gamin derrière moi. Je fronçai les sourcils, et je me tournai vers Shane. Un instant, mon regard laissa planer un doute sur le possible meurtre du garçon, mais un sourire chaleureux le remplaça vite. Ah ! Ah... ce ne serait pas la première fois ; déjà que les flics me soupçonnaient de faire des trucs pas très licites.

« Eh bien ! Shane Heaney ! »

M'exclamai-je en me tournant complètement vers lui, j'avançai de quelques pas, et je passai mon bras par-dessus son épaule. Amical, oui, mais pas idiot. Je l'éloignai surtout de mon interlocuteur, on ne sait jamais ; tu sais, je suis peut-être narcissique, ripou sur les bords — la faute au sang italien dans mes veines —, je n'aime pas les violences gratuites. Et je suis papa. L'air de rien, ce dernier point joue énormément avec moi ; j'aurais aimé qu'Aiden et moi nous nous entendions un peu, à défaut de nous adorer. J'embarquai Shane loin de la foule, au moins pour être au calme, avant de disparaître dans mon bureau, je demandai à truc contre la migraine à Mélinda.

« Bon. »

Fis-je une fois à l'intérieur, je me mis derrière mon bureau en me servant un verre d'eau. Je le fixai, et je lui demandai :


« Je suppose que tu as entendu l'élément le plus important de la conversation. »

Mais Shane m'était redevable, je comptais jouer là-dessus pour le faire taire. Malheureusement, il devait se douter que je devais avoir d'autres moyens pour obtenir son silence. Je soupirai.

« Comment tu vas ? Et ton frère ? »

Ce n'était pas pour la forme, et paraître gentil. Je m'inquiétais souvent pour les enfants me rappelant de près ou de loin mon fils, oui, j'avais un complexe paternel que je n’avais pas pu assouvir.
© 2981 12289 0

_________________
Welcome to the Wayne's World !
Welcome to my nightmare!
I think you're gonna like it!
I think you're gonna feel you belong!
We sweat and laugh and scream here!
'Cause life is just a dream here!
You know inside you feel right at home, here! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Dim 6 Nov 2016 - 20:13
Wayne faisait  partie des rares personnes qu’il connaissait à Lacanster. C’est dur de connaître des gens quand on est arrivé dans une ville, il n’y a pas très longtemps. D’autant plus que Shane et son frère s’étaient habitués à vivre seuls, reclus, loin du monde extérieur. Même si Shane pouvait parfois adresser la parole facilement, ça n’allait plus que ça. Et il pouvait vraiment éprouver de l’aversion pour le contact humain, le contact facile. Alors bon, quand le patron du cabaret s’était précipité pour mettre un bras sur ses épaules, il avait peu froncé les sourcils, jusqu’à ce que deux rides apparaissent sur son front. La familiarité ? Non, c’était pas son truc. Il avait toujours besoin d’une certaine distance, d’un certain espace. Un fond sauvage en lui, lui hurlait de lui torde le bras, mais il y avait bien sûr ce masque de facticité qui l’avait toujours aidé à vivre en société. Et puis bon, il devait se rappeler que c’était ce bon vieux Wayne qui comme un gamin, pouvait parfois ne pas avoir trop conscience de ses gestes.

Ainsi donc, il le conduisit à l’intérieur de son bureau, et c’était mieux ainsi, être loin de ce bruit qui le rendait en cet instant de panique, presque fou. Ça ne voyait pourtant pas sur son visage, lui qui avait un faciès presque impénétrable sans qu’il ait à se forcer, et pourtant il connut, oui,  à cet instant-là une panique intérieure et profonde qui lui glaça le sang pendant quelques secondes. Celle du malentendu. Qu’on le prenne pour ce qu’il n’est pas, un voyeur, une taupe ou je ne sais quoi d’autre, alors que son but n’avait été que de retrouver le brun. Certainement, ce dernier l’avait compris. Enfin, il l’espérait.

Wayne s’installa derrière son bureau. Il semblait déjà avoir oublié cet instant gênant pour le blond, ou alors il jouait parfaitement la comédie.  Shane n’aimait pas ce sentiment d’incertitude. Fatigué par ce qui était en train de se passer, il se permit lui aussi de s’affaler sur le siège qui se trouvait en face. Putain, qu’est-ce qu’il avait soif, tout à coup, oui vraiment soif. En voyant Wayne vider un verre d’eau, il grimaça involontairement. On ne pouvait pas détester l’eau mais son esprit réclamait autre chose à cet instant. Ça cognait furieusement dans son crâne… S’il avait entendu ? Voilà, on en arrivait là, à une espèce d’interrogatoire. Un peu tendu, les effets du manque d’alcool commençant à se faire sortir, il rétorqua, tout en promenant son regard sur le bureau à la recherche de ce qui pourrait l’abreuver.

« Je ne suis pas du genre à me mêler des affaires des autres. Après tout, tu as le droit de mener ta vie comme tu l’entends, pas vrai ? »

Le coursier n’avait pas froid au dos. Ses paroles était sobres et claires. Par là, il signifiait clairement que leur échange était parvenu par le plus grand des hasards à ses oreilles, mais surtout qu’il ne comptait pas s’en mêler. Il était franc dans ce qu’il disait. Certes ; il était surpris en découvrant que Wayne pouvait traficoter dans ce genre d’affaires, mais sans plus, il n’allait pas lui en faire le reproche ni chercher à comprendre davantage. Il répondit machinalement à sa question sur son frère, le regard au loin, pas du tout concentré dans ce qu’il disait ; car à présent il ne pensait qu’à s’en aller.

« Toujours le même. Il vit dans son garage. ».

Oui, Caïn passait toutes ses journées sans son garage où il pouvait tout réparer. Tout réparer….Shane se demandait s’il pourrait le rafistoler lui, si un jour il en aurait besoin…
Il ne comprenait pas. Il faisait pourtant de son mieux pour se fendre dans le décor, tâchant d’imiter les gens qui ont leur place dans cette ville, et pourtant il arrivait toujours à se mettre dans des situations compliquées. Il avait connu pas mal de moments où il était arrivé au bout du rouleau, se demandant ce qu’il faisait au juste, et pourquoi il le faisait. Actuellement, il n’avait qu’une certitude, il ne voulait pas se retrouver embarqué dans « ça »…Et c’est avec cette idée en tête qu’il se releva, sûr de lui.

« Bon, vaudrait mieux que j’y aille. Tu passeras peut-être me voir un de ces jours… »

[Ce n'est pas du manque de motivation, mais vraiment du manque de temps. Désolée du retard ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 58
Date d'inscription : 30/01/2016
Localisation : Pas en prison, en tout cas.

Dossiers privés
Âge du personnage: 52 ans.
Taille: 1m89
A savoir:
Voir le profil de l'utilisateur




Wayne Vincentini
Gérant de Cabaret
Dim 6 Nov 2016 - 23:07
Une question de principes.
Avec Shane Heaney •••
Tout le monde n'est — à priori — pas du genre à se mêler des affaires des autres. C'est aussi mon cas, quand ma voisine sort les poubelles, et qu'elle les renverse au sol, au fond, je m'en fous. Mais... comment dire ? Cette réponse était un peu facile, et je ne pouvais pas faire totalement confiance à ce garçon. Pas que je doutais de sa bonne foi, mais parce que mon travail, et le milieu dans lequel j'ai grandis m'a encouragé à toujours me méfier des autres. Être avocat ? C'est être payé pour mentir en permanence ; prétendre que le violeur et le meurtrier à côté de toi est un vrai petit ange. Et mentir, je savais très bien le faire ; c'était pour ça que Raven était toujours en vie. Parce que j'avais assez bien menti sur lui. Toutefois, je n'étais pas parvenu à le rendre blanc — haha, tu l'as ?

Je souriais à Shane, et je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il se passait dans sa tête. Ce que je voyais, c'étaient ses micros expressions, la crainte. Chose normale, il allait apprendre à me connaître. Pourquoi gueulais-je aussi fort ? Pour camoufler l'esprit de renard italien qui se cachait derrière mes moustaches de dragons chinois. Je hochai la tête à ses réponses, puis je gardais le silence. Je le sondais, mes yeux sombres fixés dans le sien. Je ne voulais pas faire de mal à ce môme, mais je ne pouvais pas le mêler à mes affaires non plus. Je suis un père de famille, ça ne changera jamais ; je ne vais pas le jeter dans la gueule du loup. Quoique... si je le surveillais assez bien, je pourrais à la fois le protéger, mais aussi voir si oui ou non, il me balancerait. Et puis, je n'étais pas obligé de le faire tremper dans mes histoires les plus sombres.

« Tu restes ici. »

Ce n'était pas une invitation, mais bel et bien un ordre. Ma voix, mon regard, ma posture n'attendaient pas de refus. J'étais soigneusement installé dans mon fauteuil, les mains jointes sur mon ventre, en train de me balancer lentement d'un côté à un autre. Je finis par saisir l'une de mes moustaches entre mes doigts, les caressant doucement ; je réfléchissais. Habituellement, je parlais beaucoup avec mes mains — la faute à son sang de vendeur de pizza —, mais ici, ce n'était pas le Wayne que tout le monde connaissait qui intervenait.

On va dire que c'est le sang de mafiosi sicilien qui se réveillait en moi. Même si ma famille n'était que celle d'immigrés, je devais bien avoir un ou deux cousins éloignés trempant dans le crime, qui sait ? Voilà ce qui expliquait ma carrière d'avocat. Enfin bref, arrêtons les conneries deux minutes.


« Je vais acheter ton silence. »

Autant aller droit au but, les trucs où on se regarde pendant dix heures, cherchant à dominer l'autre par la pensée, très peu pour moi. Je pense que je pouvais avoir confiance en Shane, il était loin d'être méchant, un môme comme tant d'autres, qui n'avait pas eu de chances. Comme tant d'autres.

« Tu vas me rendre un service, et en échange, tu ne seras pas poursuivi pour avoir entendu ma conversation. Tu peux naturellement refuser, et me proposer autre chose, je t'écoute. »

Ce n'était pas réellement du chantage, je faisais ce que je pouvais dans la mesure du possible. Si Shane avait une autre idée, moins dangereuse pour ses fesses, je l'écouterais. Je n'étais pas un vieux con, je survivais dans cette époque, à ma façon. Voilà tout.

[HJ : ne t'en fais pas ^^]
© 2981 12289 0

_________________
Welcome to the Wayne's World !
Welcome to my nightmare!
I think you're gonna like it!
I think you're gonna feel you belong!
We sweat and laugh and scream here!
'Cause life is just a dream here!
You know inside you feel right at home, here! ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Une question de principes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» [question] moyen de truquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind The Cell  :: Rémission :: Corbeille :: Les rps-
Sauter vers: